Si depuis toujours l’homme s’évertue à conserver ses aliments, toutes les techniques ne se valent pas au regard de l’énergie.

Dans l’idéal, on tentera d’éviter tout type d’aliment dévitalisé, à savoir les conserves appertisées, le surgelé et les plats cuisinés industriels si on cherche le JING.

Et pourtant c’est bien ce qui est parti en premier dans les supermarchés par crainte de rupture de stocks. Et pour cause, les DLC sont bien plus longues sur ce type d’aliments. Pourtant, ça ne va pas franchement nous aider pour notre sujet du jour, à savoir l’immunité par la vitalité dans l’assiette.

On nous demande de sortir le moins possible, on ferme les marchés, alors vous allez me dire à juste titre que ça va être difficile. Faut-il, dans ce cas, tout cuisiner au retour de courses et congeler pour réchauffer par la suite? En fait, c’est peu recommandé, (surtout si on réchauffe au micro-onde!!!) car les aliment cuits perdent plus vite leur énergie que les aliments crus. Du coup, on stockera dans la mesure du possible l’aliment brut et on veillera à le cuisiner au dernier moment.

Bon à savoir:
– la macération conserve le JING des aliments (donc on peut préparer des tsukemonos de légumes pour agrémenter nos céréales, riz par exemple… je vous donnerai des recettes!),
– la fermentation augmente le JING de l’aliment (c’est le moment de préparer son kimchi ou sa choucroute maison),
– la dessiccation concentre la teneur en JING de l’aliment (donc on ne se privera pas de champignons séchés par exemple).

0