J’en discutais avec une amie médecin mobilisée aujourd’hui même dans un hôpital à Bruxelles, et nous nous étonnions des similitudes et des points de divergence entre la médecine scientifique moderne et la médecine traditionnelle sur le sujet.

Si pour le médecin occidental, les poumons sont avant tout des filtres et les acteurs de l’oxygénation, ils sont considérés comme les grands maîtres de l’énergie en médecine sino-japonaise. Leur rôle est donc bien plus vaste.

On dit qu’ils gouvernent le Qi* , la respiration, et qu’ils procurent donc la protection et l’immunité (en médecine moderne, c’est la rate qui filtre le sang et qui remplit ce rôle).

Leurs fonctions sont les suivantes :
– Ils captent l’énergie de l’air et en nourrissent notre corps,
– Ils sont des acteurs clé de la digestion en distribuant partout dans le corps l’énergie produite à partir des aliments.
– Ils assistent le cœur dans la circulation et la diffusion des nutriments.
– Leur mouvement énergétique, extériorisant et descendant, permet d’évacuer les résidus de notre métabolisme

Le poumon, organe maître des souffles, est donc responsable de l’énergie défensive…
Des poumons solides sont la meilleure garantie de résistances immunitaires contre les attaques externes. Car si le Qi est affaibli, les agents pathogènes externes peuvent rentrer plus facilement.

*Souvenez-vous, le deuxième trésor… la force vitale du quotidien, l’énergie qui anime notre corps… ce même Qi qui protège notre corps des agressions extérieures et qui renforce notre immunité.

0