On l’a vu, lorsqu’une personne est atteinte du virus et que ses poumons sont attaqués, on changera radicalement son alimentation.

La cuisine du vivant, détaillée dans les posts #Immunité ne peut donc plus être pratiquée une fois que la maladie est là. C’est trop tard et cela pourrait même aggraver son cas.

La nutrition reste cependant un allier de la guérison à ne pas négliger.

On verra, en cas de grippe, le plus souvent se succéder deux phases. On ne se nourrira pas de la même manière durant ces deux phases. Néanmoins, dans les deux cas, les aliments de nature neutre et de saveur douce seront appréciés (ex : le riz et ce sous forme de gruau préférablement)

Phase 1 liée au froid interne – grippe de type YIN

Lors de la première phase, les symptômes sont:
– la toux
– les maux de tête modérés
– les douleurs ou courbatures (dans le dos ou la nuque notamment)
– le rhume avec écoulements clairs du nez
– la crainte du froid avec fièvre légère.

On cherchera à dissiper ce froid et on apportera de la chaleur.

C’est le principe du Yin et du Yang, pour trouver l’harmonie il va falloir compenser les excès par l’opposé.
Quand j’ai des frissons, je cherche des ingrédients chauds. Quand j’ai des signes de chaleur (fièvre par exemple), je vais rechercher des aliments de nature fraiche pour la clarifier (la dissiper…).

Donc durant cette phase 1, plutôt frileuse, on évitera les nourritures crues, trop froides (la plupart des fruits aqueux), trop grasses (canard, oie, porc, mouton), les produits laitiers, les sodas, le vinaigre.

On privilégiera en revanche les aliments de natures tièdes à chaudes, les soupes miso, gruau de riz (recette dans un autre post), potages de légumes épicés avec gingembre, ail, oignon, radis blanc parsemés de ciboulette ou de cébette.

Le piquant frais (liliacées) aidera à évacuer les glaires, le piquant chaud (épices) stimulera l’énergie du poumon et fera circuler.
Rappelez-vous, comme nous l’avons vu, que la saveur piquante stimule le mouvement énergétique du poumon !

En cas de TOUX…
Si vous avez de la toux, on l’a déjà vu, le kumquat sera un allié de taille (recette fournie dans un autre post).
C’est aussi le cas des dattes qui agissent autant contre les affections des poumons que de la gorge.
En diététique chinoise on l’associe souvent au raisin sec, au jujube et à la figue. Nommés les « 4 fruits pectoraux », ils sont alors assemblés à quantités égales puis bouillis pendant ½ heure à feu doux. Le sirop obtenu, filtré au chinois, donne un excellent décongestionnant des bronches.

L’ail est aussi un antitussif qui tue les parasites. Il a lui aussi un tropisme poumon. Pour être efficace cependant, il ne doit pas être cuit trop longtemps. En diététique ayurvédique il est aussi recommandé en cas de grippe, comme le gingembre.

Quand la toux est sèche (c’est souvent le cas avec le COVID-19), on évitera les céréales asséchantes (sarrasin, seigle, épeautre, millet, quinoa, avoine et riz gluant), les cuissons YANG (cuissons à base de Feu seul et Feu+Graisses) et les épices feu.

Le gingembre est également formidable à ce stade de la maladie et vous pouvez même en prendre dans votre bain, en vous frictionnant la peau avec une boule de gingembre râpé.
Idem pour la ciboulette (pas dans le bain… mais en infusion ou dans vos plats), qui chasse le froid, fait transpirer et fait circuler l’énergie.

0