Lorsqu’une personne est atteinte du virus de la grippe et que ses poumons sont attaqués, on changera radicalement son alimentation. Tout ce qu’on a vu jusqu’à présent sur la diététique de l’immunité ne pourra plus être appliqué en l’état.

Et pour cause, une fois que la maladie est là, c’est trop tard et cela pourrait même aggraver son cas.

C’est le moment de se mettre à la diète liquide à base de soupes et d’infusions (pas sexy mais en même temps elle n’aura plus vraiment l’énergie de cuisiner) afin de permettre au système digestif de se reposer et ainsi laisser l’organisme se battre contre le virus plutôt que de le solliciter pour la digestion.

Dans les tous premiers jours, la chose à faire est de supprimer toute nourriture lourde et sucrée et rechercher les aliments légers, faciles à digérer et à assimiler.

On pourra utiliser les aliments médicaments de base que sont le miso, le thym et le gingembre.
En gros, dès que vous vous sentez encombré, c’est le moment de se faire des tisanes de romarin, thym, ou thym et gingembre (1cc/tasse) et de vous mettre à la diète.

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’une grippe est évolutive et qu’on ne s’alimentera pas de la même façon au cours de la maladie. On voit fleurir des articles sur les ingrédients clé pour combattre la maladie. Ce que dit la médecine traditionnelle sino-japonaise c’est qu’ils sont certes efficaces mais pas forcément au même moment ni pendant toutes les phases de la maladie. Attention donc à ne pas se tromper!

– CURCUMA: il n’est pas franchement la reco n°1 en cas de grippe, même si ses vertus thérapeutiques sont nombreuses (surtout pour l’estomac et le foie). En Asie, dans du lait sucré, il est néanmoins utilisé pour lutter contre la toux et pour dégager les voies respiratoires.
– GINGEMBRE: cousin du curcuma, il est bien plus intéressant que ce dernier en tout début de grippe. En tant qu’aliment de saveur piquante et de nature chaude, il stimulera l’énergie du poumon et fera circuler. Il a un tropisme* poumon. Dès qu’on ressent des chaleurs sur le poumon, il faudra cesser d’en consommer.
-THYM: Piquant, tiède au tropisme* poumon, le thym est fortement recommandé en début de grippe, il agit effectivement sur les affections des voies respiratoires, il calme la toux et disperse le froid. On évitera aussi, comme le gingembre de le consommer en cas de signes de chaleur.
– ROMARIN: Un peu moins efficace que le Thym sur les voies respiratoires mais il apaise le mental… c’est toujours bon à prendre en ce moment!
– CITRON: Acide et frais, le citron a lui aussi a un tropisme* poumon. Du fait de sa nature, on évitera de le consommer si on ressent des frissons… on va donc plutôt le réserver au stade avancé de la maladie, quand la toux devient plus forte et plus grasse due à une inflammation des poumons. En phase 1, on préfère les kumquats (voir posts précédents)

A suivre des articles sur les différentes phases et quoi manger quand…

*Le tropisme est la destination privilégiée d’un ingrédient vers les méridiens du corps énergétique. Les pouvoirs nutritionnels des aliments au tropisme poumon s’adressent donc en particulier à cet organe.

0